samedi 7 octobre 2017

Les perles de la lumière des secrets - V



                                    Écoute le chant de la Anqa
                                    Écoute la cantilène de l’esprit
                                    Dont chaque note est la graine
                                    Qui féconde tous les corps
                                    Feu du Phœnix de la vie
                                    La vie sans fin nouvelle à chaque instant
                                    Aux six horizons des mondes
                                    Souffle continu qui parcourt
                                    Les cercles spiralaires de l’ascension spirituelle.

                                    Écoute le chant de la Warqa
                                    Entends la voix de l’âme universelle
                                    La colombe de toutes les âmes
                                    Passées, présentes et à venir
                                    La voix du covenant primordial
                                    Qui se dresse dans la rectitude
                                    Face au serpent de la division
                                    Et retient sous son aile les souffles
                                    De la miséricorde et de l’agrément.

                                    Écoute bien le cri de la `Uqab
                                    Saisis d’un trait la parole unifiée du Calame
                                    L’aigle de la synthèse et de la distinction
                                    L’oeil perçant de la vision allusive
                                    Lorsque du plus haut du ciel de la certitude
                                    Il étend son ombre lumineuse
                                    Sur l’océan sans limite des mondes innombrables
                                    Chacun de ses regards est le nom d’une créature
                                    En lui sont scellés tous les secrets du Subtil.

                                    Comprends la vertu du ghurab
                                    Il est le réceptacle de la miséricorde
                                    Ne t’arrête pas à la noirceur de son plumage
                                    Il est le corps de tous les êtres
                                    Il est la terre de toutes les âmes
                                    Et le vêtement de tous les esprits
                                    C’est un corbeau qui inspire
                                    Le rejet des ignorants
                                    Alors qu’il est l'écrin des perles du secret. 

                                    Écoute l’unisson du chant des quatre oiseaux
                                    Écoute sans désunir la mélopée
                                    Car le sais-tu tu es leur demeure
                                    L’arbre aux mille racines
                                    Dont le tronc s’élève à la cime des cieux
                                    Et dont la ramure atteint les confins de l’univers
                                    Si tu ouvres ta poitrine
                                    Si tu libères ton coeur de sa prison
                                    Tu seras l’homme de tous les hommes.

Jean d'Armelin

dimanche 10 septembre 2017

Appel solennel (2)



Une chandelle suinte des effets de La Béatitude,
Nul ne peut comprendre combien Le Jour se lève
En cette Torpeur qui s'invite en Ta Mansuétude,
Lors que Les Cieux embrasent nos cœurs endoloris
Des tortures que subissent d'autres sphères.
Nul ne soupçonne les affres que des suppliques
Cherchent dans L'oraison de La Profonde Nuit.
En cette Chandelle, La Douceur d'Un Appel :
Lumière sur les Mondes et Lumière rafraîchissante !
Ton Océan irradie des Grandeurs de Ton Illimité,
Des Lacs de Profusion, et des Réserves de Ton Caché,
Lors que Tu es, en Ta Pureté à décréter et à rendre manifeste,
Lors que les Vallées de Ton Amour sont Le Tout Possible,
Lors que Tu es en Ta Sagesse à ouvrir les couloirs,
Devenus des passerelles pour ceux qui se veulent s'abreuver,
Lors que Tes Pluies sont Les Bienveillantes Présences
Que Le Cœur, en ce Réceptacle, agréé et agréé Ta Réalité,
Lors que Les Assemblées du Monde Occulte Te font encore Allégeance,
Sans nul besoin de cueillir, puisque Tu es Le Seul et Te suffit,
Puisque Celui qui est, est La Satisfaction de L'Esseulé,
De par Les souffrances de La Vision du monde Fraternel,
Des frères de notre Origine, Révélation Christique,
Des Aubes de Ton Pouvoir qui n'ont pas de Commencement,
Lors que les cils de La Paupière sont en Une Majestueuse Révérence,
Et dévoile Le Temps en Son Atemporalité !
Seigneur, sauve-nous !
Extirpe-nous des négligences de notre ignorance,
Ouvre de Ta Rayonnance Les univers de Ta Gouvernance,
Unifie nos consciences en Ton Amour Infini !
Que cesse ces combats menés sur des fronts qui ne sont qu'illusion !
Le Royaume est en nous, et Il est Beauté que l'on oublie !
Le fracas est sourd de La Malentendance,
Certains fuient Ta Vérité et s'en vont en Ton Nom obstruer Ta Lumière !
Seigneur ! Sauve-nous en dépit de nous-même et libère L'Homme de ses aliénations !
Nous sommes sur le parvis de Ta Chapelle et nous nous tournons en L’Orient de notre Souffle !
Nous sommes sur Ton Minaret et appelons à La Vie qui est Pure Transcendance !
Nous sommes sur le seuil de Ta Synagogue et ouvrons les mains.
Toi, Tu es, et c'est en nous qu'est La véritable libération !
Des cimes vibratoires de L'Amour, nous nous élevons.
Le Refuge n'est certes pas celui que l'on croit !
Présence en Ta Présence est source de Pure Joie !

Océan sans rivage


Voir aussi sur

Naissance et connaissance - La profondeur - Noblesse et Art de l'écu

Lire aussi Appel solennel (1)

Les perles de la lumière des secrets - IV


Peinture de Louis Hague (1806-1885) Ascent of the Lower Range of Sinaï, 1839


Par le figuier et par l’olivier !

La nuit n'est pas égale au jour
Et le jour s’enroule dans la nuit.
La nuit absorbe les âmes en une seule dans sa robe de ténèbre
Et le jour est le Phoenix de la vie nouvelle sous le ciel renaissant.

Par le figuier et par l’olivier !

J'ai vu mon unité dans l’Unité et ne l’ai pas reconnue,
J'ai vu ma multiplicité dans la Multiplicité et ne me suis pas retrouvé,
J'ai vu ma multiplicité dans l’Unité et me suis oublié,
J'ai vu mon unité dans la Multiplicité et je sais le chemin.

Par le figuier et par l’olivier !

La Voie de rectitude se projette jusqu'à la cité sûre et s’élève du pied à la cime du Sinaï.
Une direction pour la Miséricorde, une direction pour la Justice.
Un sommet pour la perfection de l’Homme, une terre inférieure pour sa déchéance.

Par le figuier et par l’olivier !

Toute la Voie des âmes ascendantes est contée par le discours silencieux des deux arbres, le figuier de l’extinction et l’olivier de la subsistance.


Jean d'Armelin

dimanche 3 septembre 2017

Appel solennel (1)




Depuis toujours, il est une interrogation.
Elle est tantôt muette, et tantôt, elle se meurt sur les lèvres.
C’est elle qui nous tient en éveil, et c’est elle qui nous guide.
En Elle, est contenu le germe de cet ici, celui qui dit : qu’est-ce donc que tout ceci ?
D’aucuns pensent que cette sorte de questionnement est uniquement personnel, une forme de malaise que nous serions à manifester par cette sorte de lyrisme que notre voie nous fait vivre.
D’aucuns penseraient que nous sommes à défendre, une chapelle, une église, un étendard.
D’aucuns penseraient aussi que nous sommes en un étalage d’expression, d’emphase, de prétention.
Néanmoins, d’un certain point de vue, ils n’auraient pas tout à fait tort.
Nous sommes tous, à un moment donné ou à un autre de notre existence, Cela et plus encore.
Nous sommes nos paradoxes incessants, nos fluctuations, nos impertinences, notre bêtise, notre ignorance, notre aveuglement.
Nous sommes aussi Cela qui se cherche, Cela qui se pressent, Cela qui se goûte, ne fut-ce qu’un instant, Cela qui s’interroge, Cela qui s’éclaire, Cela qui pleure, Cela qui souffre.
Nous sommes Tout Cela, et plus encore.
Nous sommes ces fleuves humains qui traversons des vallées et des vallées de cycles du Temps et de l’Espace.
Il serait long d’écrire en un seul jet tout ce que nous sommes et tout ce que nous ne sommes pas.
Il est cependant primordial, plus que nécessaire, de nous réveiller de nos torpeurs.
Peu importe qui nous sommes.
Nous sommes.
Cela est déjà énorme comme constatation.
Jour après jour, depuis un certain nombre d’années, nous avons observé.
La vie ne se voulait pas autrement s’écouler sans observation.
En cela, la Vie s’est vécue.
Jamais, Elle n’a pu oublier.
Jamais !
L’Origine !
La Réalité !
La Crucialité de notre Temps.
Nous n’avons pas cherché des solutions pour nous.
Nous ne nous sommes pas mis en route pour nous, uniquement.
Nous avons souffert depuis des milliers d’années des souffrances de L’Humanité.
Nous n’avons plus de mesure pour dire combien cette souffrance nous plonge dans une sorte d’hébétude.
Nous sommes en ce Présent, totalement atemporel, qui se veut faire cette déclaration : il est Temps !
Nous sommes cette Conscience qui se veut éclore et répandre ce parfum d’Amour.
Il est temps pour nous tous, femme et homme, de nous unir en ce lieu intime qui fait de nous des êtres uniques.
Il est temps de nous unir en ce qui ne jamais ne meurt, en ce qui ne jamais nous sépare !
Qu’importe nos différences, elles sont La Beauté de La Multiplicité dans L’Un.
Mais, il est Temps, de joindre nos mains en une chaîne de solidarité qui se veut totalement briser cette roue infernale dans laquelle nous nous enfermons.
Il est Temps de nous délivrer de tous nos conditionnements, de toute cette monstruosité que nous formons depuis notre inconscience et depuis notre irresponsabilité !
Il est Temps d’agir au delà de nos clivages, de nos sensibilités, de nos imperfections, de nos déviances, de nos négligences, de nos indifférences, de nos insouciances, de nos ignorances.
Le Temps est arrivé d’écourter les distances qui nous séparent de notre Réalité.
Le Temps est arrivé ou ce Tout de l’incohérence doit basculer.
Nous avons cette décision en nous, cet engagement, cette promesse, ce retour entier sur nous-mêmes.
Usons de la seule force qui nous reste : La Prière commune et Universelle.
Retrouvons notre Âme qui souffre.
Prions !
Non plus pour nous, mais pour L’Humanité entière.
Cessons de pleurer sur nos pauvres quotidiens, sur nos errances, notre vie égotique.
Cessons d’être de permanents enfants capricieux !
Cessons de nous enfermer dans nos individualismes éhontés !
Qui que ce soit, soyons ceux qui prient !
Consacrons un moment, un petit moment, chaque jour, levons nos mains, ensemble, unis par Amour, et prions.
Que celui qui croit et que celui qui ne croit pas, prient !
Il est un Appel qui déchirent les Cieux de nos âmes enfouies !
Prions pour que nous soyons tous à sortir de notre cycle infernal !
Engageons-nous solennellement à cueillir la lumière en nous, si infime soit-elle et à l’offrir en cet unique acte d’Amour à L’Humanité qui souffre !
Faisons-le !
Oh faisons-le !
Nous sommes à penser que nous ne possédons rien en propre, mais il nous a été donné cette délégation sublime : La Vie !
La Vie est ce Nous.
Nous sommes tous responsables de ce Nous !
Prions, où que nous soyons, trouvons cette force en nous de lever les mains et de demander La Lumière !
Il est Temps !
Rejoignons-nous, mes sœurs et mes frères, et formons cette chaîne d’Amour perpétuel.
Cela est en nous.
Cela ne nous quitte jamais !
Que nous soyons conscients ou non de Cela, Cela est Nous !
Prions !
Unissons nos lumières en cette Fraternité.
La vibration de nos cœurs sera comme la plus grande Arme pacifiste et unitive !

Toutes nos souffrances doivent être aujourd’hui Le Lieu commun de notre transformation.
Tout ce que nous sommes à vivre est un écho de tout ce que nous avons oublié de notre Réalité.
Même si nous ne comprenons rien, même si nous pensons que nous sommes les plus malheureux sur cette Terre, cessons de geindre pour nos petites personnes et montons Tout Cela en La Lumière de L’Origine et prions.

Jour après jour, nous serons à sortir de nos ténèbres, et nous participerons activement à la restauration d’un Monde Nouveau !
Nous sommes Cela !
Tel est le but de notre démarche depuis toujours.
Témoigner de Cela qui est.
En vérité, je vous le dis, le Temps est arrivé de nous extraire de notre inertie.
Nous qui sommes à bien manger, à bien dormir, à bien nous vêtir, à dormir sous un bon toit, nous avons plus que quiconque ce devoir d’unir nos forces en cette Prière quotidienne et Universelle.

Océan sans rivage


Lire aussi sur

samedi 19 août 2017

Les perles de la lumière des secrets - III


les-convenances-du-disciple-avec-son-shaykh

Un Ami, un coffre des secrets, un flambeau du chemin, a passé la porte du Ciel déposant son fardeau et se libérant des entraves. Il a atteint la mansion élevée qui est la sienne auprès de l'Un sans second.

Un fils a paru recevant l’héritage et le dépôt immémorial et les rênes de la guidance. Il est la beauté et l’amour, il est la joie et la bonté, Il est la danse et la victoire !

Le père se tient debout devant le fils, même vêtement, bournous de terre et kamis de lumière,

Le fils se tient debout devant le père… Ils savent ce qui doit advenir, ce qui fut écrit dans le secret de la nuée sera. Le père a saisi au-dessus la couronne invisible et la dépose sur le chef du fils.

Sois le témoin de ce que la Vérité a déposé dans ce coffre nouveau.

Sois soumis à la chaîne qui te lie et te libère du carcan des illusions… Pas d’opposition entre ta servitude absolue et la libération promise. Ce qui est asservi n’a pas de réalité, ce qui est libre ne fut jamais enchaîné.

.
Jean d'Armelin


dimanche 6 août 2017

ADN de L’Origine (2)



     Ce monde se déploie des seules immédiatetés que l’on sait substantielles.
     En nous est cette aptitude à trouver les moyens utiles et efficaces pour survivre.
     Les effets du bas-monde nous les donne en leur crucialité.
     Comme vient la faim, comme vient la soif, comme vient le sommeil !
     Comme nous sommes soumis au chaud et au froid !
     Comme nous avons besoin de toutes ces forces pour avancer !
     Comme tant de choses sont effectivement nécessaires !



Nous en vivons naturellement depuis des milliers d’années.
Nous savons faire.
Comme nous savons faire !
Comme nous prenons le temps d’être ingénieux !

Il est un étonnement qui ne sépare pas cette réalité.
Elle est à agir en son quotidien, si évidemment.

Pourtant, Ô Toi, Regard qui se laisse saisir par L’Echo, Ô Toi, Cœur qui palpite des intuitions en gouttes suspendues !
Ô Toi qui donnes à cette bouche, la parole, et dont les sons dépassent les mots du quotidien, lors que le vent caresse les cimes.
Jamais ne me quitte !
Jamais n'abandonne la main de mon Amour tendue vers Toi !
Jamais ne désunis ce qui s’unit en La Clarté de Ton Jour !
Jamais n’assèche cette Source à laquelle s’abreuve la gorge de mon Désir !
Des mains qui tremblent de Ton Azur, depuis la poitrine qui s’ouvre, depuis la fougue qui est notre aspiration, depuis l’empoignement de Ta Seule Étreinte, des écorchures d’une ascension, j’ai tendu cette Coupe et je l’ai placée en Ta Gouvernance. J’ai saisi de ma fragilité, La Robe de Ta venue, lors que Tu te montras, et cet instant est La Joie d’une Joie !
Pleine Liberté de cette bouche que scelle L’Amour d’un Cœur épris !
J’ai tissé un parchemin fait de mes veillées et des douceurs de La Perplexité, lors que La Pensée s’élève en ce Substrat et que les fils sont cousus des fils de Lumière.
Nulle séparation d’avec La Matière, toute Noble de Ton Verbe !
Des élans que l’on sait être encore les quintessences des moments, lors que frémissent les puretés d’un limon.
Ô Joie !
L’Esprit anime ce qui s’anime !
Ô Précellence des Jubilations de La Profondeur !
Ô Tourterelle des languissantes heures !
Ô vénérable Anse qui ne sait être qu’en sa Verticalité, Les enlacements du Ciel et de La Terre !
J’ai frappé avec ardeur la poitrine que connaît Le Seuil d’une Porte, et l’on m’a dit : Je suis là !
Ô collier vénusien des intensités du Regard éclos en Ton Jardin !
Je ne sais plus si je suis de mes lèvres collées à La Bouche de Ton Ciel, ou bien, si Toi, en Tes ondoiements et en Ta Transparence, Tu es à me tirer vers La Réalité de Ta Demeure.
Ô Immuabilité du Cœur !
Ô Refuge en La Vallée du Silence Sacré !
Ô Moïse de La Descente Verbale, et des si délicates prières, lors que Ton Cœur porte en Lui les souffrances de L’Alchimie !
Ô Moïse du Buisson de L’Éloquence, Ô Versets de L’Irradiance !
Ô murmure zéphyrien des pas nus sur Le Chemin de L’Appel !
Ô Nuit, Ô Nuit, Ô Nuit, Lumière des Harmonies de Ta Réalité !
Ô Cohérence !
Ô Intelligence !
Se sont regroupées les augustes Lettres de L’Êtreté !
Ces univers s’assemblent en une Légion Luminescente !
Des cavaliers touchent de la pointe de leurs Épées, Le Sol dévasté, et Le voici jaillissant en des myriades de Révérences.

Profondeur des Profondeurs cultivées depuis les Aubes de L’Atemporalité !
En nous est cette Semence, en nous est cette Révélation !
Le Parchemin est Le Retour à L’ADN de notre Humanité !

Océan sans rivage


Les perles de la lumière des secrets – II


Le chien sculpté sur la chaire dite de « Geiler de Kayserberg », prédicateur iconoclaste du XVe siècle,
en la cathédrale de Strasbourg

Je me suis effacé si je ne suis qu’une ombre,
Et le chien qui me suit m’est un allié fidèle,
Car il voit au delà de la sienne infamie,
Le flambeau et la voie, la lumière et la vie !

Jean d'Armelin